Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A propos
12 novembre 2015

Existe-t-il une hiérarchie parmi les lieux et les objets qui nous entourent ? Il y en a-t-il qui soient dignes d’une photographie et d’autres pas, semble se questionner Frédéric Hérion, photographe belge de la région liégeoise dans sa série « Topologies« . Pourquoi un opéra, une église ou même une gare sont-ils plus photographiés que les parties qui les constituent ? Pour comprendre cette démarche il n’est pas superflu de se souvenir d’un des principes phare de la théorie de la gestalt (Gestalttheorie): »le tout est différent de la somme de ses parties »; elle postule aussi qu’il n’existe pas de perception isolée car la perception est initialement structurée. Cette perception structurée est défaillante chez Frédéric Hérion car il est porteur d’un TSA (Trouble du Spectre de l’Autisme).

Dans sa série « La fin du monde » c’est le thème de la solitude qui est abordé. Les lieux photographiés semblent désertés ou sortis d’un monde dont nous serions absents. Mais sont-ils vraiment désert ou le temps s’y est-il arrêté ? Et si le temps s’est arrêté où sont partis les gens ? Le photographe explore ces lieux sans espoir d’y croiser un semblable (le souhaite-t-il vraiment d’ailleurs ?) et questionne notre rapport au monde et à la réalité.

Frédéric Hérion est représenté en exclusivité aux Etats-Unis par l’intermédiaire de www.b2wphoto.com.
Voici ce qu’ils en disent:
« Frédéric’s first involvement with film photography came in the mid 1980s in his homeland of Belgium when he first considered making a career of it. While it didn’t work out at that point, he came back to film five years ago amidst political and social disruptions, desirous to once again « make’ pictures to document these events. At that point, Frederic joined the Krasnyi collective, and since then has shot film almost exclusively. ​ Fred has a unique perspective on the world around him. He has Autism Spectrum Disorder (formerly known as Asperger’s). It turns out that autism and photography can produce remarkably good images. The perception of an autistic person is particularly acute and discriminating. It gives them the ability to look at the world just as it is (shape, light, movement, sound, density, texture) and often makes them more sensitive to the hidden harmony of things around them.«